Home Uncategorized RDC-SANTÉ: Manipulation des cadavres d’hommes à Rutshuru, faute de morgue,… quel danger...

RDC-SANTÉ: Manipulation des cadavres d’hommes à Rutshuru, faute de morgue,… quel danger pour les citoyens ?

176
0

La zone de santé de Binza, en territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo, ne dispose pas de morgue. Cette situation conduit les populations locales à manipuler de temps à autre les cadavres d’hommes, sans aucune précaution. Cette situation est un sérieux problème de santé publique, note le médecin chef de zone, qui brandit pour autant, le risque qu’il y a, pour la population, de contracter très rapidement les pathologies diverses, pandémiques ou épidémiologiques, encore que cette zone est voisine de l’Ouganda.

À en croire un des notables de Rutshuru qui a alerté Ukingo.net, la zone de santé de Binza située sur l’axe Kiwanja-Ishasha, à la frontière avec l’Ouganda, manque d’une morgue.

Pourtant, Cette zone dessert une population de plus de 200 mille habitants avec plus de 10 centres de santé et un hôpital général de référence.

Et que fait la population face à un cadavre ?

À chaque fois qu’une personne meurt, la population est obligée de garder et de manipuler les dépouilles mortelles à domicile, au grand risque de se faire contaminer, encore que pour certains cas, il arrive que le défunt ait souffert d’une pathologie contagieuse.

« Il y a aujourd’hui des morgues à pétrole ou celles qui fonctionnent moyennant un panneau solaire. Nous voulons qu’on puisse nous doter d’une morgue pour les enterrements dignes et sécurisés.

Beaucoup de gens meurent à l’hôpital et ils sont enterrés à Nyakakoma ou ailleurs. La trajectoire et le temps, qu’ils passent avec le cadavre, sont très suffisants, pour la population de se faire contaminer.

Imaginez que durant toute une nuit par exemple, les membres de famille, soient autour du cadavre, sans cercueil, sans aucune protection que ce soit, c’est aussi un danger.

Si on installe une morgue à Binza, elle peut facilement desservir les autres centres de santé environnants. Quand un individu meurt, on peut facilement l’acheminer directement à l’hôpital de Nyamilima à la morgue, comme nous disposons d’ambulances », note Aimé MBUSA MUKANDA, qui décrit la situation de sa notabilité, tout en demandant aux autorités de s’impliquer dans cette question, au profit de la population locale.

Manipulation des cadavres d’hommes, un danger non ?

Les autorités sanitaires de la zone de santé de Binza, reconnaissent cette situation qu’elles qualifient d’ailleurs d’urgence. Elles évoquent au même moment, la particularité que présente cette zone, du fait de sa situation à la frontière entre la RDC et l’Ouganda.

Les populations sont ainsi, dans un haut risque vis à vis de la facile contraction des épidémies.

John TSONGO THAVUGHA Goma-RDC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here